L’enseignement supérieur en Roumanie. Positionnement international.

samedi 22 janvier 2012
       à 16h30 

Prof. Dr. Paul Serban AgachiPrésident du Conseil Académique de
l’Université « Babes Bolyai » Cluj-Napoca

 

Résumé

Dans les dernières décennies l’enseignement supérieur a connu au plan international une très forte croissance. Depuis l’année 2000 celle-ci a été de 50% et aujourd’hui on arrive à 30.000 institutions et 150 millions d’étudiants. Cette évolution pose le problème de la qualité et à demandé la mise en place de procédures pour la contrôler et l’assurer. Elle s’inscrit aujourd’hui dans le contexte de la mondialisation qui entraine une forte compétition pour les ressources humaines et financières. La société est devenue de plus en plus exigeante concernant  les prestations fournies par l’enseignement supérieur.

En Roumanie l’enseignement supérieur a connu aussi une forte croissance depuis la chute du régime communiste. Le nombre d’institutions est passé de 44 à 130, le nombre d’étudiants de 130.000 à 1.000.000 et le nombre d’enseignants de 13.000 à 30.000. Le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur est passé de 5% à 14% (25% en UE) de la population totale. Ce développement s’est produit sur la base d’une législation déficiente, sans un véritable contrôle, ce qui a permis l’apparition de fausses universités, avec des faux professeurs et des faux diplômés. Comme conséquence, on a du mettre en place des institutions (CNEAA et ARACIS) et des procédures d’assurance qualité et établir des standards, indicateurs, classifications, hiérarchisation. Les performances du système sont acceptables : 3 – 4 universités placées au niveau mondial parmi les premières 600 – 800 (des 30.000) et 20 – 25 universités de qualité assez bonne. Les universités roumaines offrent une formation décente pour un coût trois fois moindre qu’en occident.

La conférence présente l’enseignement supérieur en Roumanie dans le contexte international et essaye de répondre à des questions telles : le rôle du politique dans la situation des universités roumaines, que doit-on faire pour améliorer cette situation, notamment le contrôle de la qualité, leur place au niveau mondial, attirer des étudiants et enseignants-chercheurs de qualité, etc.

 

Paul Serban Agachi - CV

Ingénieur chimiste, diplômé de l’Institut Polytechnique de Bucarest, il obtient son doctorat  à l’Institut de Pétrole et Gaz. Paul Agachi est professeur d’automatisation des processus à l’Université Babes-Bolayai de Cluj-Napoca où il a également, au cours du temps, d’importantes responsabilités administratives : directeur de Département, Chancelier général, vice-président de l’Université et aujourd’hui président de son Conseil Académique.

Il est un expert du management de l’enseignement supérieur : expert dans le programme Phare pour la Réforme de l’Enseignement Supérieur en Roumanie, expert pour l’enseignement supérieur de l’UNESCO en Irak, coordonateur des projets stratégiques : Qualité et Leadership dans l’Enseignement Supérieur en Roumanie, Programme d’Excellence pour les Universités Roumaines, l’Amélioration de la Gestion de l’Enseignement Universitaire, etc. Il est membre du Conseil de l’Agence Roumaine pour la Qualité dans l’Enseignement Supérieur (ARACIS)

Paul Agachi est membre de l’Académie des Sciences Techniques de Roumanie, membre du CAPE WP de l’European Federation of Chemical Engineering et membre de l’International Ranking Expert Group Observatory.